Fresque en Ehpad

Hier était un jour plus qu’agréable, hier je finissais une série de 8 séances à l’hôpital de Cluny, partagées entre deux groupes de 8 personnes. Des hommes, des femmes, tout jeunes dans leurs sourires, tout fiers de leurs 80 à 97 ans. Un peu gênés au début de devoir prendre un crayon ou un pinceau, un peu confus de ne plus savoir, ou juste d’imaginer ne plus savoir.

Arriver dans ces groupes demande toujours un peu d’aplomb, on ne propose pas comme ça à ces anciens de « faire de l’art », les moqueries et soupirs arrivent vite. Il faut alors user de toute sa bienveillance pour faire comprendre que le projet n’est pas de s’exposer dans un musée, mais bel et bien de s’amuser…

J’ai donc proposé un sujet qui me semblait propice à l’expression: « Qu’y a t’il derrière la fenêtre? » Derrière ces carreaux vitrés, chacun peut imaginer, ou se souvenir, quelque chose à regarder, autre chose que l’extérieur du bâtiment, autre chose que l’habitude… Nous avons discuté, longuement, les uns les autres, cherchant doucement les souvenirs heureux d’anciennes maisons, de ruelles devant l’appartement, d’animaux, de personnes aimées. Et peu à peu les images se sont imposées, permettant la discussion et l’émergence du passé, permettant de connaître une vie parfois lointaine.

J’ai préparé des formats avec 4 carrés et des montants autour, que les résidents ont peints avec des couleurs vives. Ensuite chacun a pu dessiner, peindre, tracer, imprimer, selon ses capacités, ses images intérieures.

Avec ces 16 fenêtres colorées, j’avais pour but de créer une fresque. J’ai donc collé les peintures sur deux planches, qui viendront égayer les entrées des deux étages. On en est fiers, chacun a pu exprimer son plaisir d’avoir pu créer, d’y être arrivé, malgré les tremblements, les doigts douloureux, la fatigue. Et surtout, qu’est ce qu’on a ri! Imaginez ce plaisir de rire des erreurs ou des blagues, de peindre une vache rose à points gris alors qu’elle partait pour être marron, comme la si bien connue avant.. Qu’est-ce qu’on se prive quand on ne va pas discuter avec nos anciens, on rate ces moments de joie, de tristesse parfois, mais surtout de lâcher prise sur le temps et les moments passés…

Au final, ils vont tant me manquer….

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :